LA BRUME DE PARIS

Ils noircissent l’automne, la tête pleine de mirages, ils se lavent les mains au sang